Vendée – Etude stratégique pilotée par NEPSIO Conseil – Pays de la Châtaigneraie

 

Onze communes sur les dix-huit qui constituent l’intercommunalité ont donné leur accord pour une étude de l’évolution et des besoins du territoire.

 

L’initiative

lls ont voté en fin d’année. Les conseillers municipaux d’Antigny, Breuil-Barret, Cezais, La Chapelle-aux-Lys, La Châtaigneraie, La Tardière, Loge-Fougereuse, Saint-Maurice-des-Noues, Saint-Maurice-le-Girard, Saint-Sulpice-en-Pareds et Thouarsais-Bouildroux, ont donné leur accord pour financer une étude conduite par le cabinet Nepsio conseil.

Cette étude prospective constitue une première étape pour comprendre l’évolution des besoins du territoire. Elle permettra ensuite d’envisager (ou non) les scénarios de structuration des collectivités territoriales les mieux adaptées pour y répondre.

Un comité de pilotage formé des maires de cinq communes (voir photo) a été désigné par ses pairs pour servir de relais entre les élus et le cabinet. Il n’a aucun pouvoir décisionnaire, mais organise les calendriers et suit les procédures d’étude.

 

 

Respecter l’identité des communes

L’étude est une analyse partagée de l’évolution du territoire et des enjeux à relever pour l’avenir. Les membres du comité de pilotage expliquent : « Dans nos petites communes, nous sommes confrontés à de nombreuses problématiques. Il y a urgence à en discuter entre nous. Nous devons regrouper nos énergies tout en respectant les identités de chacun. Chaque commune à son histoire ; il y a des habitudes de vie que nous devons respecter, mais on ne peut pas penser qu’à notre mandat. Il faut envisager l’avenir. Cette étude donnera les moyens aux équipes nouvelles de décider de la suite à donner en connaissance de cause. »

 

Résultats fin juin

Cette étude se fait entre élus, mais « la population sera mise au courant par le biais des bulletins communaux par exemple ». Actuellement, le cabinet Nepsio conseil recueille, analyse et compare des données existantes en termes de finances, de ressources humaines, d’équipements, de statistiques…

À la mi-mars, des entretiens avec les maires et les partenaires du territoire, comme les présidents des communautés de communes environnantes, devraient permettre de cerner les enjeux du territoire. Ensuite, à la mi-avril, des ateliers engageant maires et adjoints, mais aussi les responsables des services administratifs, permettront d’analyser les points de convergence et de divergence entre les onze communes, mais aussi d’identifier les scénarios d’évolution possibles et leur impact. Fin juin, le travail devrait être terminé.

« Ira-t-on vers d’éventuelles fusions de communes ? Sous quelle forme ? Nous avons la volonté d’agir de manière positive, mais on ne sait pas ce qu’il en résultera car on ne se cache pas que les écueils sont nombreux », expliquent les maires du comité de pilotage. Ce qui est certain c’est que pour les élus, cette démarche « est une façon de répondre solidairement aux difficultés que rencontrent nos communes dans leur gestion au quotidien ». Les membres du comité de pilotage assurent : « Nous restons de toute façon très attentifs aux rapports avec les autres communes du Pays de La Châtaigneraie qui n’ont pas désiré entrer pour le moment dans cette démarche. Des évolutions seront toujours possibles par la suite ».